FORDLANDIA de Jean Claude Derey, rivages noires

 

 

Après le livre en demi-teinte sur l’amazone d’A V, c’est à Jean Claude Derey de partir en Amérique du sud et de nous replonger dans l’histoire. Une histoire peu enclin à nous rassurer sur nous connard de causasiens.

A travers deux récits qui s’imbriqueront, nous somme dans les années 20, et nous allons découvrir un pan d’histoire peu connue. Deux récits plein d’actions, livres très documentés, « sommes-nous responsables de nos actes ?) j’ai eu parfois la nausée….

Deux récits, on va suivre Irou et son frère Tiago yanomami, de l’amazone et Luther Ford journaliste chez M. henry Ford. Journaliste antisémite aux articles virulent, purulents, comme nous allons découvrir le vrai M Henry Ford, une ignominie vivante. Il était temps de remettre les choses à leur place. Merci à l’auteur. Le projet d’un fou, donc M. Ford est de créer une exploitation d’Hévéa pour faire du caoutchouc en Amazonie. Créer une nouvelle ville, un projet pharaonique. Grace aux deux récits, l’auteur nous emmène donc dans la folie de Ford, en suivant deux de nos héros, un indien, et Luther Ford dépêché la bas. Nous allons assister au désastre des peuplades qui vivaient là-bas, aux méfaits du capitalisme dans toute sa splendeur, rien ne nous sera épargné. Sombre descriptions d’un monde déjà fou, d’un projet digne d’un delirium tremens.

Forts de personnages épais, et de plusieurs intrigues, il nous est impossible de lâcher ce livre, mis à part l’écœurement qui nous gagne en le lisant. L’auteur grâce à son écriture un grand sens de la narration, ne nous laisse jamais sur notre faim. Une fin d’ailleurs assez amusante, comme la vie du colonel, Fawcett, et la rédemption de Bennet

Si ce livre rafle un prix ou deux je ne serai pas étonné……car c’est un grand livre d’aventures aussi, un livre important

En nos temps ou notre monde vacille, climat, désertification, poussée des extrêmes, etc. I l est ultra important de lire ce livre, qui a de quoi nous faire réfléchir, l’histoire se répétera elle toujours ?

 

 

 

Henry Ford, c’est un fait mal connu, a inspiré Hitler à travers les nombreux articles antisémites de son journal, le Dearborn Independent. Dans les années 1920, Luther, un jeune juif, postule comme rédacteur en chef du journal. Sous couvert de cette fonction et en cachant ses origines, il gagne la confiance de l’industriel et renseigne ainsi la communauté juive américaine sur les tractations secrètes entre Hitler et Ford, qui contribue au financement du parti national socialiste. Mais Luther est démasqué et envoyé par Ford dans sa plantation de caoutchouc en Amazonie sous prétexte d’enquêter sur l’assassinat d’un des cadres. En fait, le chef de la plantation de Fordlandia est chargé de l’éliminer en simulant un accident…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *