Jérôme Leroy à la table ronde, Un peu tard dans la saison

Putain d’auteur, pardon putain d’écrivain, pardon putain de mec classieux,

Un grand merci avant tout pour la dédicace, et surtout merci pour ce livre qui m’a aidé à passer les fêtes de fin d’année, et dans la vie de me sentir moins seul, moi qui rêve de m’effacer

Les mots, les sentiments, la vie, il la prend et la porte à bout de bras pour un lectorat sans carcan.

Après avoir passé du temps à la série noire à nous promettre un futur, hum,  radieux, comme Thierry Di Rollo, c’est avec bonheur qu’on retrouve un personnage dans ce livre si proche de lui, me semble t il, mais qu’il se rassure, il n’est pas seul à penser à vivre comme cela, si il faut le rassurer, mais j’en doute !

Quel bel objet littéraire que ce livre, une profonde introspection d’un homme, de la vie et d’une société qu’on souhaiterait agonisante. On en retire une force de vie de choix à faire qui nous appartienne,. L’auteur ne fait qu’étaler ses pensées, par une sublime écriture.

Croisé rapidement sur un salon, je n’ai pu que eu discuter avec lui, mais un homme qui boit de la côte rôtie, mérite de passer dans notre région pour qu’on lui fasse découvrir, le reste de la production^^

On pourrait aisément parler de femmes, de lecture, d’arts, de penser idéologique etc. etc., mais vous avez ce livre à lire d’abord, et vous serez comblez…

livre dense, truffé de bon mots, de références, à relire

Auteur, écrivain trop sous estimé, à lire d’urgence, j’ai bien dit à lire, pas à parcourir

 

C’est aux alentours de 2015 qu’un phénomène inexpliqué et encore tenu caché s’empare de la société et affole le pouvoir. On l’appelle, faute de mieux, l’Éclipse. Des milliers de personnes, du ministre à l’infirmière, de la mère de famille au grand patron, décident du jour au lendemain de tout abandonner, de lâcher prise, de laisser tomber, de disparaître. Guillaume Trimbert, la cinquantaine fatiguée, écrivain en bout de course, est-il lui aussi sans le savoir candidat à l’Éclipse alors que la France et l’Europe, entre terrorisme et révolte sociale, sombrent dans le chaos ? C’est ce que pense Agnès Delvaux, jeune capitaine des services secrets. Mais est-ce seulement pour cette raison qu’elle espionne ainsi Trimbert, jusqu’au c?ur de son intimité, en désobéissant à ses propres chefs ? Dix-sept ans plus tard, dans un recoin du Gers où règne une nouvelle civilisation, la Douceur, Agnès observe sa fille Ada et revient sur son histoire avec Trimbert qui a changé sa vie au moment où changeait le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *