Prendre les loups pour des chiens par Herve LE CORRE, Rivages noirs

Que dire, que dire, je pense qu’on est tous à peu près d’accord, cet auteur est au-dessus. Il s’y connait en humain, en âmes,. Il écrit des livres qui vous  là prennent, que vous oubliez fifficilement..

Pas très prolifique, et c’est tant mieux, ces livres ce dégustent, comme un bon vin, un vin de garde, qu’on décante dans une carafe. On savoure l’intrigue, les mots, on se place dans le livre, nous sommes acteurs, l’empathie avec les personnages se fait naturellement.

Cela doit être écœurant pour d’autres « écrivains » ^^, putain d’auteurs talentueux !!!

Peu d’espoir dans ce livre, une belle amitié de frangin, des âmes et corps perdus dans un tumulte de folie et de violence intrinsèque. Orfèvre en matière de conteur de roman noir n’échappe pas à la beauté des livres de l’auteur. Un livre fort et poignant,et tellement humain !!!

Vrai comme un fait divers

Petit coucou à Rivages les couvertures sont de plus en plus belles

Franck, environ 25 ans, sort de prison après un braquage commis en compagnie de son frère aîné. Il est accueilli par une famille toxique : le père, fourbe, retape des voitures volées pour des collectionneurs, la mère, hostile et pleine d’amertume, la fille Jessica, violente, névrosée, animée de pulsions sexuelles dévorantes et sa fille, la petite Rachel, mutique, solitaire et mystérieuse, qui se livre à ses jeux d’enfant. Nous sommes dans le sud de la Gironde, dans un pays de forêts sombres et denses, avec des milliers de pins qui s’étendent à perte de vue, seulement ponctués par des palombières. Dans la moiteur, la méfiance et le silence, un drame va se jouer entre ces êtres désaxés.
Dans le prolongement stylistique des Cœurs déchiquetés, ce nouveau roman d’Hervé Le Corre saisit par son atmosphère et la force de ses personnages, ancrés dans un paysage angoissant, propice à l’épanouissement de passions vénéneuses. Entre le « country noir » des Américains et le roman noir du terroir à la française, Le Corre fait entendre sa voix inimitable.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *