LE DIABLE N’EST PAS MORT A DACHAU, MAURICE GOUIRAN (Jigal) par Bruno D.

Henry Majencoules, un jeune mathématicien français qui travaille en Californie sur le projet Arpanet, revient à Agnost-d’en-haut, son village natal pour enterrer sa mère lors de l’année 1967. Normal, classique, c’est la vie ; sauf que dans cette commune bien tranquille, une famille d’américains, les Stockton, vient d’y être massacrée il y a quelques jours !

Premier contact pour moi avec Maurice Gouiran, auteur prolifique puisque c’est déjà son 27ème roman, il était temps ! Entre fiction et révélations du passé, ce roman va éclairer l’histoire de la fin de la guerre 39-45 sous un autre angle et l’intrigue policière sert de révélateur et de lien entre différentes époques.

J’ ai adoré les 50 premières pages avec la présentation des différents protagonistes, la mise en place du scénario et surtout les descriptions de ce monde paysan, replié sur lui même, taiseux, où l’on ne parle presque pas, où la survie est chèrement acquise, et où 20 ans après, l’étranger… le macaroni ou l’américain est toujours un étranger. Récit et écriture sont quasiment magiques avant de devenir plus consensuels.

Avec l’aide de son ami (Antoine), devenu journaliste à France Soir, Henry va enquêter, et essayer de retrouver une certaine légitimité dans son village ou il se sent lui aussi étranger. Entre 1944 et 1967, entre génération hippies, LSD et émancipation américaine n’ayant pas encore atteint le vieux continent, l’auteur, avec précision et sans édulcorants, ne se gène pas pour étaler sous nos yeux les horreurs des camps de la mort et les détails des tests médicaux subies par les victimes.

Mais en résumé, il pose une question peut être plus grave encore : L’entrée en guerre des libérateurs américains n’est elle pas liée à des raisons cachées, bien plus qu’à la volonté affichée de sauver le monde ? Finalement, que ce soit les expérimentations pour assurer la survie du Reich ou sauver le monde du communisme, c’est le même combat non ? Récupérer les savants nazis et leurs travaux afin de les poursuivre en dépit de toute éthique, ça ne gène pas l’Us Army et la future CIA ,pas plus que de tester discrètement et en situation réelle sur les populations civiles ou militaires certaines mixtures.

Entre polar noir et historique bien documenté (vous pouvez vérifier sans soucis les sources citées), Maurice Gouiran signe une œuvre pleine de vérités. De la naissance d’internet en passant par Dachau ,Pont Saint Esprit et les programmes militaires allemands et américains ,il nous prouve avec effroi et efficacité, que  le diable n’est pas mort à Dachau,même si les hommes et les époques changent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *