La dévoreuse le Gévaudan sous le signe de la Bête, 1764-1767, Pierric Guittaut, éditions laborée

D’un pas nonchalant novembre 2016, je me rendais au festival sang d’encre pour y faire le clown comme chaque,année, bien entouré de mon fantasque Fanti…

La liste d’auteurs que j’avais parcouru d’un œil distrait, me dirigeait vers l’ami Philip Le Roy, et d’un coup deux neurones ont dû se mettre en route,…………… mais putain il y a aussi Pierric Guittaut

Et nous y voilà donc, à discuter avec monsieur Pierric, dont j’ai assez loué, le travail, ces livres. J’en profite pour le remercier de vive voix, comme Philip Le Roy et d’autres qui nous ont donné un texte pour notre recueil !!!!

ZAVEZ PAS 10 EUROS PAR AILLEURS

Discussion amenant à la discussion,  Pierric à ma demande me parle de son nouveau livre. Ce sera sur la bête du Gévaudan, et me parle aussi de la bête du Dauphiné, qui a frappé à Primarette soit à 15 klm de Vienne.

Ce que ne se doute pas Pierric, c’est que je suis un passionné de cette histoire, et dans ma tête je me dis ( » ou la », où il va le bonhomme), car j’en ai lu des livres sur le sujet….

et Bien il est allé là où personne n’est allé, et a écrit le livre ultime sur la « malbête, » rien que cela humble lecteurs !!!

D’abord rendons grâce à sont talent de narrateur, car pas une fois le livre est ennuyeux, même dans ses démonstrations scientifiques, et réalistes.

Homme pragmatique, Pierric, va humblement pourfendre les autres théories, et se servir de son talent, d’écrivain, d’érudit et d’homme du terroir, rendant grâce aux gavaux et gens de l »époque et surtout aux victimes !!!

On ressent dans le livre un profond respect pour tous les « acteurs »de l’époque et une volonté de remettre les choses à leur place.

Tout est pris en compte, le contexte social, économique, etc, l’auteur ne rate rien pour chercher la bête.

Ce livre à la fraicheur sur une histoire vue et revue mais Pierric est érudit va prendre 10 ans de sa vie et va même mettre son talent de chasseur à contribution, et ses connaissance….

Pierric nous délivre une autre facette de son talent, écrivain de polar, mais aussi passionné, et capable d’établir le livre le plus abouti et censé sur ces horribles crimes.

respect Monseigneur l’auteur

Ps : oubliez les autres livres sur la bête du Gévaudan, et ses compagnes du Dauphiné, de la suisse, ou autres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *