underground railroad de Colson Whitehead

Ce nom , ce nom, mais oui!!!,

Avant il y avait le fabuleux Zone 51, comment ai je pu oublier l’auteur de ce magnifique livre terrorisant sur une fin de monde, vous ne l’avez pas lu ? Quel dommage

Et hop là on le retrouve dans le passé et non le futur, mais c’est encore plus dramatique, car tellement vrai et actuel sur le fond

oubliez tout sur l’esclavagisme, on reprend à zéro, du départ de l’Afrique, jusqu’à la vente d’être humain, ainsi que tout ce qu’il en suit.  La vie à la plantation, avec un regard neuf, pas de concession, pas de lamentations, ni d’atermoiements, la vie, la vraie, nous somme au début du 19 me siècle, le début de l’industrialisation, la naissance du grand K.

Oui car au delà du romanesque,  de la vie, la fuite, l’émancipation, puis la fuite de notre héroïne , il y a un fond très important : le fondement et l’accélération du capitalisme. l’homme noir, n’est qu’une pièce rapportée, une marchandise de valeur. C’est le fond de ce livre, l’esclavage fait parti du capitalisme et de la naissance des USA, basé sur fonds de souffrances, de tortures, de mensonges.

C’est aussi pour cela qu’il faudra lire avant ou après le

LE SYMPATHISANT de VIET THANH NGUYEN, BELFOND

Ces deux livres vont ensemble, yes

On a va partir du début rapidement, d’Afrique, car pour suivre l’épopée de Cora, il va falloir connaitre sa famille qui se résumera à sa grand mère puis sa mère…

Après une introduction parlant donc des origines de Cora, et de sa superbe vie de merde dans la plantation des Randall, comme sa famille naguère, nous allons suivre Cora à travers un long périple, à travers certains états. Nous découvrirons une Amérique pas très lointaine des nazis  pour certaine choses.

quelques chapitres sur des personnage, donnent une bouffée d’air, sur une trame bourré d’actions, Cora n’est pas des plus sympathiques, non plus, c’est sa vie qu’elle joue, et l’auteur écarte toutes pensées manichéennes du livre, et c’est bon,, on n’est pas dans la case de l’oncle Tom

Nous allons aussi découvrir à travers ‘histoire avec un petit ou grand h, l’existence de l’underground railroad, titre du livre. Un cheval à vapeur…..de là à faire un parallèle avec les justes il n’ y a qu’un pas, que je franchis allégrement, l’histoire nous rattrape toujours

Comme vous avez donc pu le lire ou pas, c’est une grande fresque que nous propose l’auteur, avec un rythme par chapitre effréné ainsi qu’une délicieuse plume qui fait tout passer, du pire au pire

Un sacré regard neuf, et sans compromis sur une Amérique , une époque qui fondera par la souffrance et le sang, ce qu’elle est actuellement.

Cora aurait bien ri , si un jour on lui avait soufflé qu’un Président serait d’origine noire, remarquez ils élisent des acteurs, des alcoolos,  et des fous, ad lib

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *