Jusqu’à la bête de Timothée Demeillers, éditeur Asphalte

Souffrance au travail, ordre social par la consommation, récurrence sociétale, aliénation de l’homme par le travail, clac clac clac, tout y est, mais en mieux !

Rarement un livre prend aux tripes comme cela sur fonds de souffrance qui s’immisce chez le lecteur par des coups de chaines, clac, clac…

Avec sa belle écriture je découvre un auteur qui en a, clac clac…

Comme un fait divers, qu’on lira localement dans le quotidien de sa ville ou région, ici, l’auteur nous fait basculer dans une folie, qui n’est que maladie actuelle, avec une description minutieuse de ces symptômes.

Après Marin Ledun, on tient ici, avec autant de hargne, un livre sur la souffrance et autres, une sorte de pamphlet actuel.

Bravo, pour tout et merci, si certain en sortiront, végan ou horrifié, d’autres se sentiront moins seuls… Je fais partie de la deuxième catégorie !

Ad lib !

Jusqu'à la bête par Demeillers

 Erwan est ouvrier dans un abattoir près d’Angers. Il travaille aux frigos de ressuage, dans un froid mordant, au rythme des carcasses qui s’entrechoquent sur les rails. Une vie à la chaîne parmi tant d’autres, vouées à alimenter la grande distribution en barquettes et brochettes. Répétition des tâches, des gestes et des discussions, cadence qui ne cesse d’accélérer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *