SHARKO, FRANCK THILLIEZ (FLEUVE NOIR) par Bruno D.

Sorti le 11 mai dernier, j’ai quand même réussi à patienter quatre mois avant de plonger dans le dernier Thilliez. Son précédent one shot, centré sur la narcolepsie m’avait séduit, mais pas totalement fait « Rêver ».Tenir un Franck Thilliez dans les mains et surtout ceux avec Lucie Henebelle et Franck Sharko, c’est normalement un aller simple pour une histoire hors du commun, haletante, bref un moment de pur plaisir pour le dévoreur de thrilleur noir que je suis. 

Pour Sharko c’ est simple : pavé de 570 pages commencé samedi matin, kaputt dimanche 18h. Addictif, intense, impossible à lâcher dès que l’on a commencé à tourner les pages.

Acte 1, on commence par une scène digne d’une séquence d’ouverture d’un James Bond. Océanopolis, aquarium de Brest, un plongeur chargé de l’entretien du bassin à requins, se taillade volontairement la paume de la main avant de se laisser dévorer sans peur par les prédateurs excités devant les yeux effarés des visiteurs. Une indication dès le départ quand à l’orientation et l’ambiance du roman à venir.

Acte 2, Lucie Henebelle est appelée par sa tante. L’oncle Anatole, retraité de la police, vient de décéder et continuait d’enquêter sur une affaire de disparition. Lucie promet à sa tante de poursuivre.

Je ne veux pas vous en dire plus, je serais désolé de spoiler cette intrigue orchestrée par Franck Thilliez ou tout sonne juste et s’emboîte parfaitement.

Lucie et Franck sont au cœur de ces pages. Leur vie, leurs angoisses, les peurs les plus sombres vont venir secouer notre duo ; celles qui font que l’on perd ce que l’on a de plus cher, celle qui font commettre des actes répréhensibles, celles qui répandent la terreur et qui font quelquefois franchir la ligne jaune et s’enfoncer du coté obscur.

Jamais Franck et Lucie n’auront été aussi menacés et en danger. Il y a l’enquête dans l’enquête et les erreurs à ne pas faire. Véritable démonstration de force de l’auteur qui maîtrise les procédures et les sujets scientifiques à merveille. On en apprend toujours plus dans le domaine qu’a choisi de traiter l’auteur, ici le sang et tout ce qui peut tourner autour.

Les personnages secondaires ne sont pas en reste. Nicolas Bellanger, flic têtu et brillant, laissé exsangue à la fin de Pandémia avec la mort de sa femme est le 3ème acteur de ce roman. Sa descente aux enfers n’a d ‘égal que sa volonté indicible de résoudre cette énigme et d’aller jusqu’au bout coûte que coûte.

L’intrigue, machiavélique, vous donne l’impression d’être monté dans un Space Mountain qui va dérailler à chaque instant. Individus troubles évoluant dans des endroits sordides, cruauté, sadisme, vous croiserez bien des travers de l’espèce humaine dans ce thriller haletant.

Sharko est un de mes tops depuis depuis le début de l’année, j’allais dire sans surprise, au même titre que deux ou trois autres découvertes (voir les précédentes chroniques publiées sur Unwalkers). De vous à moi je n’ai qu’une chose à ajouter : Franck Thilliez, quand il met Lucie et Sharkho en scène, c’est lui le PATRON.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *