L’ESSENCE DU MAL, LUCA D’ANDREA (Denoël) par Bruno D.

Venez donc faire un tour dans les Dolomites à Siebenhoch, un petit village charmant ,hors du temps, sud Tyrol à quelques pas de la frontière italienne, allemande et autrichienne. C’est un petit coin de paradis, au climat rude, entouré par les montagnes hostiles, et bien souvent recouvert par une épaisse couche de neige tel un tapis étouffant la vie, ou pire encore, broyant les âmes et cachant les pires infamies de l’âme humaine. C’est là que l’auteur se propose de nous emmener pour nous faire goûter à L’Essence du Mal et avec un peu de chance, malchance ou imagination, vous ferez peut être connaissance avec « La Bête ».

Au cœur de cette région, la forêt de Bletterbach est la source de toutes les angoisses et de toutes les légendes depuis la nuit des temps. Comme en 1985 encore, ou un terrible drame que tout le monde semble vouloir oublier a coûté la vie à trois jeunes gens. C’est ici que Jeremiah Salinger, notre héros, réalisateur américain de documentaires, vient s’installer avec sa femme, originaire du coin, et Clara sa petite fille. C’est aussi l’occasion de se rapprocher de son beau père Werner.

Il faut du temps à l’auteur pour nous immerger dans cette atmosphère lourde et étouffante que provoque l’isolement et l’encaissement de cette vallée, mais pas que… C’est aussi le temps de mettre en place les personnages nombreux, taiseux à souhait, de nous expliquer les coutumes et us du lieu et surtout de distiller un climat, un temps qui passe et des habitudes bien différentes de la vie citadine.

Ici, le progrès a bien du mal à se frayer un chemin et le mélange des différentes cultures allemandes et italiennes, vieux relents d’un passé encore bien présent n’a pas encore finit de couler dans les veines des autochtones .

Longue mise en place donc, mais rien n’est gratuit , tout est étudié, soupesé, disséqué et dosé par un auteur très minutieux. Ne dis t on pas que le diable se cache dans les détails ?

Jeremiah l’amerloque va vite comprendre que la montagne si belle et paisible, illuminé par la bienveillance des rayons du soleil, peut en un éclair vous écraser et  tout reprendre. Un drame personnel va le rendre presque « suspect » au yeux des habitants, d’autant plus que ce qu’il aime le Jeremiah, c’est enquêter, raconter des histoires, chercher la vérité… Et les gens du coin n’aiment pas que l’on vienne fourrer le nez dans leurs affaires. Intrigué par la tragédie survenue en 1985, surveillé de près par Werner son beau père, il va mener une quête obsessionnelle afin de lever le voile sur les événements de 1985.

Sauvetages en montagne, rédemption, mystères et traditions séculaires, joie de la famille, failles de la vie et de la montagne, secrets bien enfouis, équilibre du couple, méfiance et défiance, Jeremiah va devoir lutter jusqu’aux confins de la folie pour appréhender ce qui s’est réellement passé en 1985 dans le Bletterbach, là ou tout le monde peut finalement être considéré comme louche.

Une œuvre profonde et complexe, saupoudrée d’un peu de fantastique, excellemment bien menée pour un premier roman et où le lecteur ne connaîtra la vérité que dans les toutes dernières pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *