LA JOURNALISTE, CHRISTINA KOVAC (Hugo Thriller) par Bruno D.

Quand on commence à lire le premier bouquin d’un nouvel auteur, c’est toujours avec impatience et un œil plus indulgent. On se demande vers quelle aventure on s’embarque et ce que l’on va bien pouvoir découvrir. Une histoire banale ou surprenante, un thriller glaçant, un scénario alambiqué ou quelquefois, hélas un navet de la pire espèce ! Voilà les questions que je me suis posé en commençant la lecture de La Journaliste de Christina Kovac.

Toutes ces interrogations et doutes n’ont pas tenus bien longtemps. Au bout de quelques pages, la romancière et son héroïne, Virginia Knighly, nous plongent au cœur d’une belle enquête et dans les méandres de la presse télévisuelle. Il faut dire que Christina Kovac n’est pas un perdreau de l’année et quand elle nous décrit l’univers des rédactions TV et journaux de presse, elle sait de quoi elle parle.

A partir de la disparition d’une jeune avocate, Evelyn Carney, elle construit une intrigue certes relativement classique, mais bien compliquée, avec de nombreux tenants et aboutissants. Un joli imbroglio ou l’auteur détaille et épingle avec bonheur  les relations entre Presse, Politique et Police.

Jeux d’influence, jeux de dupes, jeux de pouvoirs, argent plus ou moins sale et personnages à double facettes dans une ville pleine de secrets, c’est une vraie radiographie d’un  monde caché mais existant, passé au révélateur d’une plume juste et acérée comme seule une écrivaine issue du journalisme pouvait le faire.

Véritable enquête d’investigation menée par une Virginia Knighly qui joue sa tête, elle nous fait pénétrer de plein pied dans un univers bien particulier. Celui des scoops, de la recherche de l’information permanente et de la dangerosité d’un métier qui dérange lorsque l’on ouvre des portes qui devraient rester fermées.

Manipulations de toutes sortes pour faire avancer une carrière ou servir des intérêts personnels, tels des pions sacrifiés, les meurtres s’accumulent, chacun joue sa partition et notre journaliste essaie tant bien que mal de tirer les fils de la pelote. Entourée de sa fine et fidèle équipe et malgré les conflits au sein de sa rédaction, elle va enquêter presque seule et naviguer parmi un monde constitué de requins et de carnivores plus affamés que les autres.

Se méfier de tout le monde pour ne pas risquer sa vie, protéger ses contacts et faire éclater la vérité sera un chemin bien périlleux pour notre journaliste. Satire du monde politique, de la promotion canapé journalistique, des obscurs cabinets d’avocats, des violences faites aux femmes et du financement des campagnes politiques, ce premier opus de Christina Kovac n’est peut être pas d’une originalité folle mais il est cependant fort bien réalisé et a le mérite de nous faire passer un excellent moment.

Pari réussi pour La journaliste qui passe haut la main le test du premier roman. Que demander de plus ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *