Des nouvelles de Tim Willocks

Ce n’est une surprise pour personne je pense, si je vous dis que Tim Willocks est un de mes écrivains préférés depuis longtemps… Ses romans noirs avec Cicero et Luther Grimes « Les rois écarlates » et « Bad city blues » m’avaient époustouflé à l’époque. Il y avait eu ensuite le choc de « La religion » où il changeait complètement de registre en s’aventurant dans le roman historique pour raconter l’histoire de ces magnifiques personnages : Mattias Tannhauser, Carla, Amparo, sur fond du siège de Malte en 1565 par Soliman le Magnifique…

On retrouvait ensuite Mattias et Carla dans « Les douze enfants de Paris », Tim Willocks nous plongeait alors au coeur de Paris pendant les massacres de la Sainte Barthélémy…

Avant cela, nous avions également eu droit à la réédition de « Green River », un très bon roman noir sur une émeute dans un pénitencier américain de haute sécurité. Superbe huis clos opressant plein de fureur.

Et n’oublions pas son incursion dans la littérature pour adolescents avec son beau roman « Doglands » chez Syros, racontant la fuite et la survie de Fulgur, véritable épopée et déclaration d’amour à la vie libre et sauvage.

Bref, il m’avait parlé dans un mail de son  prochain roman intitulé « Memo from Turner » en anglais, en indiquant qu’il s’agissait d’un polar contemporain se déroulant en Afrique du Sud et qu’il devrait être publié par Sonatine en 2018. J’attendais avec impatience que les parutions de l’année prochaine soient mises en ligne sur leur site, pour avoir un peu plus de détails sur l’histoire, et c’est chose faite aujourd’hui… Le titre du livre en français est « L’affrontement », traduit par Benjamin Legrand, il est annoncé pour octobre 2018 chez Sonatine (parution en août 2018 en anglais chez Jonathan Cape), je vous laisse lire la présentation de Sonatine :

Après La Religion et Les Douze Enfants de Paris, le nouvel opéra noir de Tim Willocks.

Lors d’un week-end arrosé au Cap, un jeune et riche Afrikaner renverse en voiture une jeune Noire sans logis. Ni lui ni ses amis ne préviennent les secours alors que la victime agonise. La mère du chauffeur, Margot Le Roux, femme puissante qui règne sur les mines du Northern Cape, décide de couvrir son fils. Pourquoi compromettre une carrière qui s’annonce brillante à cause d’une pauvresse ? Dans un pays où la corruption règne à tous les étages, tout le monde s’en fout. Tout le monde, sauf Turner, un flic noir des Homicides. Lorsqu’il arrive sur le territoire des Le Roux, une région aride et désertique, la confrontation va être terrible, entre cet homme déterminé à faire la justice, à tout prix, et cette femme décidée à protéger son fils, à tout prix.Le fauve Willocks est à nouveau lâché ! Délaissant le roman historique, il nous donne ici un véritable opéra noir, aussi puissant qu’hypnotique. On retrouve dans ce tableau au couteau de l’Afrique du Sud tout le souffle et l’ampleur du romancier, allié à une exceptionnelle force d’empathie. Loin de tout manichéisme, il nous fait profiter d’une rare proximité avec ses personnages, illustrant la fameuse phrase de Jean Renoir : « Sur cette Terre, il y a quelque chose d’effroyable, c’est que tout le monde a ses raisons. »

Tim Willocks est né en 1957 en Angleterre. Grand maître d’arts martiaux, il est aussi chirurgien, psychiatre, producteur et écrivain. L’Affrontement est son quatrième roman chez Sonatine Éditions.

 

Un nouveau livre de Tim Willocks est toujours un événement, je suis curieux de lire et de découvrir sa vision et sa retranscription de la société sud-africaine.

Avec un nouveau David Peace en anglais, et maintenant un nouveau livre de Tim Willocks, 2018 part sur de très bonnes bases, non?

Interview de Tim Willocks pour « La religion »

Interview de Tim Willocks pour « Les douze enfants de Paris »

2 Comments on “Des nouvelles de Tim Willocks

  1. Bonjour,
    Wikipedia parle de « Trilogie Mattias Tannhauser », pensez-vous qu’un troisième roman va sortir ?

  2. Bonjour,

    Quand je l’ai interviewé pour « Les douze enfants de Paris », Tim Willocks confirmait qu’il y aurait bien une troisième aventure de Tannhauser. Mais il expliquait aussi que l’écriture de ces romans demandait vraiment beaucoup de travail et qu’il ne savait pas encore ou irait Mathias par la suite. Il avait envie de se « libérer » un peu avant avec l’écriture de romans moins exigeants. Il faut juste patienter encore…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *