Un homme doit mourir de Pascal Dessaint, éditions rivages noirs

Sacré Pascal il nous la fait à l’envers…il est retors le bonhomme.
Après un livre triste comme une biscotte qui tombe du coté beurre, c’est avec un humour féroce que l’ami Dessaint revient planter ses crocs dans la société, comme un loup

tel l’aigle il va et scrute la société à travers le capitalisme carnassier, où comme des moutons on attend que l’aigle nous attaque avec ses serres,  pascal s’en donne à cœur joie.

 

libellule, il va  et vient de personnage en personnage très étoffé, il vole à travers les pages, un bzz d’un insecte nous survole tout au long du récit avec un humour féroce

Comme une couleuvre, il serpente avec nos émotions, démontrant tout l’art de se glisser à travers les mots et de cracher un venin noir

ad lib, vous pouvez essayer avec le nasique, le cochon, le buffle le lémurien le dragon, bref ..rayez le mot inutile, voir la chro^^

un livre différent, bien moins noir en surface que ces précédents, pascal,nous notre ainsi tout son talent, surfant sur sa carrière avec génie, un de ses meilleurs livres, il nous la fait à l’envers, sacré toi. Incroyable comme il sait se renouveler, hum…pas comme ses chemises bref…

 

 

Boris, naturaliste, prépare des dossiers pour cautionner les projets controversés des industriels qui l’emploient. Il se retrouve dans une région de dunes où s’affrontent les intérêts du riche propriétaire d’une maison luxueuse construite grâce à des passe-droit, des promoteurs d’une unité de stockage de produits dangereux, et d’opposants écologistes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *