La honte ! de Jon Ronson, Sonatine

et bée, avant de cliquer faut réfléchir un peu, si internent et ses variantes ont apporté une certaine liberté, il a remis aussi au gout du jour une certaine forme de lapidation de délation et surtout de l’incompréhension ….

Déjà qu’une information ne se digère pas d’un coup , qu’il faut analyser la source et la croiser. Avec la rapidité et le surflux d’info, on est mort

D’ailleurs il suffit de se tenir au courant pour voir le nombre de Tweet malheureux ou autres, de la part de célébrité es, politiques, culturelles, etc qui sont mis en cause, chaque jour

Jon Ronson après  » êtes vous un sérail killer s’attaque donc à un fléau  actuel !!!

 

Avec humour et remise en question Jon Ronson établit une analyse sévère mais  juste sur les problèmes liés à nou outils informatiques, twitter instagram facebook et consorts. Le « Je » prend toute son ampleur dans l’écriture quand il réfléchit à ses propres actes

On découvre ainsi les algorithmes de Google, sa face cachée, ses récurrences, tout un milieu que connaisse certain mais que je découvre. Depuis le temps qu’on me dit ne ne pas utiliser google, …Son travail de fond est énorme , les recherches sur l’humiliation, ou condamnation publique se fait sur des siècles;

expérience de stanford, stasi, la vitre brisée, la mise en place des panneaux d’indicateur de vitesse et tant d’autres, font ainsi appel à la critique intelligente et 0 la recherche de l’auteur sur l’humiliation et, ce qu’il en découle, d’un post maladroitement mis, d’une information qu’on ne met jamais à nue, Par ailleurs à propos de certaines théories, elles sont remises en question, comme l’application à NY de la théorie de la vitre brisée, ainsi que Stanford et consorts…il était temps

Très intéressant livre que celui là, mêlant pelle mêle, érudition histoire et regard sociétal sur les outils de communication actuelles. les frissons ne proviendront pas d’une grippe mais de votre lecture !!!

Livre effrayant, basé sur une érudition sans faille, Rome la grande nous revoilà, ave morituri te salutant

Présentation de l’éditeur

Voyage au pays de la honte : le ridicule ne tue pas…il divertit !

Un tweet malheureux, un plagiat, une remarque de mauvais goût qui vous échappe et, avec les réseaux sociaux, c’est désormais le monde entier qui peut vous tomber dessus. En quittant ainsi la sphère personnelle, la honte a depuis quelques années connu une promotion inespérée.

Grand reporter d’un genre très particulier, Jon Ronson a rencontré quelques honteux célèbres malgré eux. Au-delà de ces portraits, parfois dramatiques, parfois désopilants, il s’interroge sur cette nouvelle forme insidieuse du contrôle social. Derrière son écran, la majorité silencieuse s’en donne en effet à cœur joie pour pointer les fautes des autres, et s’en réjouir. Et aujourd’hui, une journée où personne n’est désigné du doigt sur la Toile finit par être ennuyeuse, sinon décevante. Seraient-ce les nouveaux jeux du cirque ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *