Pleasantville, de Attica Locke série noire

c’est un livre dense, épais, mais d’une lecture jouissive qui ne vous laissera pas  indifférent (e)

Ce livre se mérite un peu, il est assez complexe, cela nous change par ailleurs, enfin moi du moins.

Les arcanes du pouvoirs et fin de la démocratie (a t’elle existé e un jour au sens strict  du terme…) sont à la une du  livre.

Longue plongée en apnée dans les coulisses d’une élection américaine avec comme fil de plomb un avocat désabusé par la mort de sa femme, mais encore batailleur Entouré par deux personnages clefs, une ex journaliste, et un chef d’entreprise de taxis un peu louche, il vont allez loin très loin pour découvrir…ah aha ha, qu’on est pas en démocratie^^, je plaisante…bref à moitié

Sur fond de disparition d’une jeune noire , nous allons parcourir les années de lutte des afro-américains, de la jeunesse black panther de notre avocat, jusqu’à ces jours funestes du récit.

Spécialisé dans la lutte contre les consortiums pollueurs notre héros en pleine de dépression depuis qu’il est veuf va se retrouver forcer à travailler pour défendre un Hathorne, famille impliqué dans une élection, et surtout une vieille famille régnant sur Pleasantville (moi qui m’attendais à un épisode de superman) quartier noir

Le décor étant planté, let’s go !!!

Il va falloir être vigilant dans votre lecture, ne pas sauter un chapitre, sinon c’est foutu. Notre auteure est une véritable araignée, elle a tissé une toile ou chaque événement personnage est relié, on évoquera même la famille Bush. Cet univers électoral laisse un gout amer dans la bouche, beurk, même si on soupçonne que tout cela  fait toujours mal de le réapprendre. Très douée Attila, rien ne repousse après son passage, ambiance glauque et noire tout au long du récit pour une course poursuite à la vérité. Il y a de nombreux rebondissements, je défie tout un chacun de prévoir une fin pareille. C’est bien fait, très bien fait, on part parfois dans tous les sens, pour finalement converger vers une fin subtile. A noter que l’auteure est très forte pour nous attirer au milieu de sa toile, on se prend au jeu et aux personnages très rapidement!

Mélangez de la corruption, un serial killer, un père en doute, des affaires de pollutions entrainant des morts, une élection test, une société américaine en fin de course, un futur doté d’un Obama et tant et tant et vous obtiendrez un très bon récit assez complexe qui se mérite car il vous apporte…un tout, en un seul livre, ta da !!!

Amen

 

Trad. de l’anglais (États-Unis) par Clément Baude

Collection Série Noire, Thrillers, Gallimard
Parution : 11-01-2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *