Scalp, Cyril Herry (Cadre Noir Seuil)

Résultat de recherche d'images pour "cyril herry scalp"Encore une belle lecture avalée en quelques heures, décidément mars me régale ! Je me suis donc plongée dans Scalp de Cyril Herry, dont les critiques m’avaient alléchées. J’avais cependant un peu peur du « nature writing » qui m’ennuie une fois sur deux. Moi la forêt et le camping ce n’est pas mais alors pas du tout mon truc. Et pourtant je me suis laissée embarquée par Hans, 9 ans. Hans vient d’apprendre que celui qu’il croyait être son père ne l’est pas, dans un sens ça l’arrange parce qu’il n’avait vraiment pas d’affinités avec lui. Hans a perdu le père qu’il s’était choisi, qui s’est lui suicidé. Et Hans découvre qu’il a un père, un vrai, qui n’est même pas au courant de son existence, et qui a décidé de vivre reclus dans la forêt. Pour un petit garçon de 9 ans, un père aventurier qui défend la nature, c’est fabuleux. Alors quand sa mère profite de leur départ en vacances pour faire une halte là où son père s’est installé, il est gonflé d’espoir et d’attentes. Seulement son père n’y est pas. Alors à défaut de pouvoir le rencontrer, il va explorer son univers et sa forêt. Marcher dans ses pas, et l’attendre. Hors de question de repartir sans l’avoir vu. Il tiendra tête à sa mère le temps qu’il faudra.

Sa mère Teresa est partagée, entre soulagement qu’il ne soit pas là elle qui appréhendait tellement de le revoir, blessée par son départ, en colère contre ses convictions qui l’on poussées à choisir la nature plutôt que la vie de famille et intriguée puis inquiète au fur et à mesure qu’elle remonte le fil des derniers mois et qu’elle comble les vides en lisant les carnets qu’il a laissé et en discutant avec le voisin.

Et ce que chacun découvre n’est pas beau à voir… L’homme n’a pas le beau rôle dans ce roman âpre au rythme surprenant. Avec une écriture magistrale Cyril Herry nous plonge avec lenteur dans la forêt qu’il aime probablement autant que ses personnages, jusqu’à ce que tout dégringole à une vitesse vertigineuse. 

Véritable roman initiatique ou Hans se montre courageux et débrouillard, où il se confronte aux autres, adultes comme enfants, où il s’affranchi de sa mère, et découvre que le monde n’est pas forcément accueillant même pour un enfant. Jeune garçon sur les traces de son père, qui finira lui aussi par noircir des carnets et appréhender la forêt.

Profond, émouvant, bien écrit et bien construit, je n’en attendais pas moins compte tenu de l’engouement des critiques, et je ne suis vraiment pas déçue. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *