CIRQUE MORT, GILLES SEBHAN (Le Rouergue)

Quand Caroline De Benedetti (Fondu au Noir) me conseille un roman, je suis assez rarement déçue. Cirque mort ne fait pas exception à la règle et va même plus loin.

Ici Gilles Sebhan nous parle d’un flic dont le fils a disparu et a l’intelligence de nous créer un homme éprouvé, un flic désemparé, impuissant, en colère, espérant, parce qu’un enfant disparu n’est pas mort, mais doutant à chaque instant.

Ici Gilles Sebhan nous parle d’enfants, mais d’enfants pas comme les autres, « perturbés », avec des pathologies diverses et jamais nommées, tous sont dans une structure gérée par un psy dont les théories originales ne font pas l’unanimité.

Et puis il y a le mystère qui entoure le massacre d’une ménagerie de cirque au début du roman (scène extrêmement poétique soi dit en passant), et la disparition de deux autres enfants qui intervient avant celle du fils du flic.

Les questions ne manquent pas. Comment vivre avec (ou plutôt sans) son enfant disparu ? Comment assumer de l’avoir perdu ? Comment gérer/appréhender des enfants différents ? On y parle d’enfance et de passage à l’âge adulte, et de ce qui se niche au fond de nous.

L’écriture est admirable, l’ambiance savamment posée, et je dois avouer que l’ensemble du roman a résonné en moi tant il est profond (non je n’ai pas massacré toute une ménagerie rassurez-vous). 

Bref si vous vous intéressez à la psychiatrie et aux questions d’étique qu’elle peut amener, si vous aimez les personnages torturés ou si tout simplement vous avez envie de découvrir un très beau roman, direction votre libraire (indépendant !) 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *