Sainte Croix des Vaches, Ravalec (Fayard)

Résultat de recherche d'images pour "sainte croix des vaches fayard"Cela commençait plutôt bien… Vincent Ravalec (dont je n’avais jamais rien lu avant) nous propose ici une plongée dans la ruralité abandonnée par le politique. Un peu comme dans un conte, il nous décrit des agriculteurs, menés par leur maire, ont trouvé différents moyens de survivre, du trafic de produits dangereux à la culture de cannabis. On ne peut qu’être touchés par ces bons bougres, qui ont vu leur chère ville se vider peu à peu (les femmes notamment ont semble-t-il disparu), les contraintes légales et fiscales s’alourdir, le monde s’éloigner peu à peu de leur quotidien.

Bref, Sainte Croix les Vaches a développé un fonctionnement qui lui est propre, assez peu conventionnel c’est certain, mais qui fonctionne et qui est validé par le chaman local alors si lui ne trouve rien à y redire… Tout allait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes, jusqu’à ce que débarquent deux minettes de Paris, députées, qui ont pour ambition de gagner en visibilité et de donner un coup de pouce à leurs carrières en réalisant un film documentaire sur Sainte Croix, et sur les solutions qu’elles apportent dont la « permaculture sociale » (ça vous donne une idée…).

Si dans les premiers passages ces deux filles m’ont fait sourire, elles sont rapidement devenues insupportables à force de « bullshit » assumé, de réflexions politiques à peine déguisées (elles font parties du mouvement « En avant ! ») et de manipulations en tous genres. Je comprends très bien le propos de l’auteur qui sans doute dénonce là la récupération politique des situations difficiles des français ainsi que le comportement abject de nos chers députés et avec eux de toute la classe politique, mais à dire vrai si je saisis bien l’objectif, l’ensemble m’a profondément ennuyée.

L’humour qui m’a fait sourire dans les premiers chapitres est vite devenu bien trop lourd à mon goût et le propos bien que réaliste m’a finalement donné la nausée à force de me faire répéter à quel point nous sommes manipulés, stupides et écrasés par nos dirigeants (ce que je savais déjà mais le ressasser m’a particulièrement agacée). 

Finalement je retrouvais un peu d’entrain dans les derniers chapitres où les trafics de drogue, la réalisation du film et quelques autres péripéties donnaient un peu d’action, mais j’ai fini frustrée, car le roman appelle une suite et n’est donc pas du tout terminé.

Rencontre ratée avec Vincent Ravalec donc, mais sur les conseils du Juge je ne manquerai pas de m’intéresser à ses autres romans pour ne pas rester sur une mauvaise impression !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *