Omar et Greg, François Beaune (Le nouvel attila) par Yann

Omar est né en 1971 à Antony. Il est d’ascendance algérienne.

Greg voit le jour à Lyon en 1982. Sa famille est italo-tunisienne.

Ils se rencontrent en 2011 aux portes du Front National avec un projet politique pour le moins surprenant : faire entrer la communauté musulmane au FN.

Marqués par leur jeunesse en ZUP, les deux hommes expliquent leur parcours à François Beaune et c’est au fil de leurs discussions que l’on parvient peu à peu à saisir les motivations de chacun.

Cherchant leur place dans une société française peu désireuse de la leur donner, ils sont confrontés à la réalité de la classe ouvrière et des enfants d’immigrés. Quand Omar devient chasseur de skins à l’adolescence pour lutter contre le racisme, Greg s’engage dans le militantisme aux côtés du FN. Chacun d’un côté de la barrière mais une même rage au ventre et l’envie commune de s’en sortir… Greg affirme son engagement au sein du FN tandis qu’Omar rejoint les Frères musulmans, recruté par Tareq Oubrou, aujourd’hui imam de Bordeaux et médaillé de la Légion d’honneur…

D’échec en déception, sans jamais baisser les bras, chacun suivra son chemin au gré de ses convictions. Mais, au bout de la route, le constat est cruel. Nulle part ils n’ont trouvé cet espace où s’exprimer, les rares possibilités qu’on leur a offertes à l’un comme à l’autre étant rapidement sabotées par des jalousies ou des rivalités. Ni la société civile, ni le monde associatif puis politique ne leur ont permis de concrétiser leurs envies.

Comme le dit Omar, « aujourd’hui, je vote plus, je suis abstentionniste, mais moi je peux dire que j’ai fait le tour du propriétaire. de la gauche de la gauche (…) jusqu’au Front National. La totale. Et aujourd’hui, de par cette expérience, je sais qu’il y en a pas un qui peut porter les aspirations des français ».

Ce portrait croisé organisé en chapitres thématiques (ZUP, Patrie, origines, projet,…) apporte un éclairage inhabituel sur notre société et la façon dont elle conçoit l’intégration. Le constat d’échec est patent même si les parcours des deux hommes sont hors norme et ne permettent pas forcément de généraliser leur expérience. 

Yann

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *