MAUDITE, DENIS ZOTT (HUGO THRILLER) par Bruno D.

Résultat de recherche d'images pour "maudite zott"MARSEILLE, son vieux port, son marché aux poissons, ses quartiers bigarrés aux essences épicées, sa population cosmopolite, le sud concentré dans une seule cité, ses quartiers nord ; ville de toutes les folies quand son Club de foot joue et… un taux de criminalité battant tous les records.

Et puis, La Maudite, une jeune femme de 16 ans, gaupe de la pire espèce parce que la vie ne lui a rien épargné. Oubliez le Marseille ensoleillé des vacances, oubliez les Les Incorruptibles et Elliot Ness, au mieux quelques meurtres, oubliez Le Parrain et ses liquidations mafieuses, oubliez les films de Tarantino, bluettes à l’eau de rose, ici c’est la fin du monde, c’est la guerre ; on vit, on meurt comme on respire pour l’Ohème, pour un paquet de dope, pour une combine… Ou pour avoir croisé  La Maudite ! 

Tony Beretta, légende des Ultras de L’OM, dealer «officiel» des virages nord, ne vit que pour et par son club de foot. Interdit de stade depuis quatre ans, il vit les matchs sur grand écran dans une transe subliminale incroyable, depuis son appartement avec vue sur le stade. Tel un gourou vaudou, plus rien n’existe autour de lui, et Luce habitant avec lui, enceinte jusqu’aux yeux de deux jumeaux, doit se rendre invisible pendant ce temps. Pas le droit de bouger, d’aller aux toilettes, presque de respirer ! Pour un pénalty raté, une coupure de courant, la démence va se déchaîner, l’histoire se mettre en marche dans une explosion de bestialité et de férocité incontrôlables.

Ahurissante cette scène de match vécue chez Tony ! Ce psychopathe marqué à l’ADN de L’OM est un taré de la pire espèce défoncé et gangrené par toutes sortes de drogues. Et que dire de la Police et de la Bac 3 ; le Lieutenant Canari, aussi ripoux que puant, ou encore Le tordu ; tous ces mecs représentant l’autorité, flous dans leurs démarches, flous dans leurs motivations, mais vindicatifs et pernicieux quand il s’agit de renifler l’odeur du fric, de la bonne affaire ou du sexe.

Denis Zott avec son second roman, nous livre un scénario particulièrement glauque et violent, presque trop marqué j’oserais dire. Ici, on baise, on tue, on rectifie, on éclate des tronches et des individus. La vie est une rémission permanente, une lutte pour le pouvoir, une fuite en avant, et un jeu de dupes.

Surnoms évocateurs, Le Bigleux, GPM (Grand Porc Malade), l’ épouvantail, La Maudite Le libyen, on est dans un univers de gang et de sang. Les balles sifflent, les situations improbables prennent corps au cœur même de la cité phocéenne et de l’ hôpital de La Timone. Luttes sans merci et sans retour, l’ apocalypse hante les rues de Marseille et prend les vies sans compter.

Avec ce roman d’une noirceur et d’une violence sans commune mesure, l’auteur crève tous les plafonds connus de la délinquance profonde et emmène le lecteur dans un déferlement barbare de cruauté. Pas de place pour l’innocence ou la rédemption, juste l’argent, la drogue, la mort.

L’auteur ne nous laisse pas le temps de souffler et livre un tourbillon qui vous grattera les tripes jusqu’au plus profond de votre être.

Rapide, concentré et nauséabond, j’ai pour ma part trouvé que c’est un peu trop quand même. C’est le seul bémol que j’ai relevé dans cette Maudite qui risque d’en déranger plus d’un et laissera bien des cadavres . Un bouquin qui va faire du bruit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *