Perrine

Les livres, elle en a eu dans les mains dès la naissance et ne les a jamais lâchés. Le mercredi a longtemps été le jour de la bibliothèque, et elle préfère un bon canapé et un bon bouquin à une séance de sport.

Quand il a fallu choisir un métier une seule chose était évidente, il fallait que les livres en fassent partie. Elle rêve de travailler un jour dans l’édition, mais est finalement devenue bibliothécaire. Plus que l’objet ou même le texte ce sont les échanges et les émotions qu’ils suscitent qui la passionnent.

Elle plonge assez tard dans le noir, avec l’organisation du festival Bloody Fleury. Attirée à l’origine par le thriller, elle tombe amoureuse du roman noir, avec la Manufacture des Livres (Benoît Severac, Antonin Varenne…) et souffre assez fréquemment du syndrome du « déjà lu » si les romans ne sont pas assez originaux. Capable de commencer 5 romans à la fois et d’en apprécier les qualités, elle lutte malheureusement de plus en plus pour les finir si la magie n’opère pas totalement.

Elle lis de tout de la bande dessinée à la littérature de jeunesse, mais ne parlera jamais de livres qu’elle n’a pas aimés. Trop respectueuse de la difficulté de l’écriture, elle préfère ne pas chroniquer plutôt que de descendre un auteur.

Boulot oblige elle favorise les actualités littéraires plutôt que les classiques, mais compte bien se rattraper à la retraite !